ps chevilly larue
RENCONTRE AVEC… Denis LEFEBVRE, secrétaire général de l’Office

Le quarantième anniversaire de l’OURS

mercredi 2 septembre 2009 par B.TRANCHANT

Créé en 1969, présidé par Alain Bergounioux, l’OURS (Office universitaire de recherche socialiste) est solidement installé dans le paysage socialiste français, par la qualité de ses travaux, la richesse inégalée de sa bibliothèque et de ses fonds d’archives, et les réseaux qu’il entretient à travers la France, entre monde militant et milieux universitaires. Rencontre avec Denis Lefebvre, secrétaire général de l’Office.

Quelles sont les origines et la philosophie de l’OURS ?
L’Office a été créé en 1969 par Guy Mollet et quelques camarades et amis, qui entendaient préparer l’avenir, alors que le mouvement socialiste était en crise, en lançant une école de formation destinée aux militants et cadres socialistes. Dès le début, ils ont veillé à ce que cette initiative soit d’inspiration socialiste, sous la forme d’une association régie par la loi de 1901, mais non liée au Parti. Cette notion est importante, et son application au quotidien, au fil des décennies, nous a permis de traverser ces décennies parfois rudes à vivre pour l’organisation politique qui est la nôtre.
Socialistes, nous le sommes bien sûr, mais nous nous interdisons toute action politique, toute prise de position politique. Le « Manifeste » que nous avons publié en 1969 précise notre démarche, quand nous appelons à nous rejoindre « ceux qui aspirent à la réflexion au-delà des péripéties de la lutte quotidienne, ceux qui ressentent profondément la nécessité d’ajouter un maillon supplémentaire à la longue chaîne de l’étude socialiste, ceux qui sont persuadés que la force des idées est garantie par l’approfondissement qu’on en fait ». Tout est là.
C’est sur ces bases que nous vivons depuis quarante ans ! C’est avec cette ambition et cet état d’esprit que nous rejoignent au quotidien des femmes et des hommes, encartés ou pas, mais en socialistes, avec la volonté de travailler en profondeur.

Quel est le travail au quotidien des animateurs de l’OURS ?
Il est multiple et varié… Je retiendrai deux points particuliers. Nos publications, tout d’abord. Nous éditons, sous différentes formes depuis 1969, un journal mensuel et une revue aujourd’hui semestrielle. Le mensuel, publié sur huit pages est consacré à la critique littéraire, culturelle et artistique. Depuis cette année, nous y ajoutons des suppléments thématiques de quatre pages intitulés « Droits d’inventaires ». Dans le premier, nous avons évoqué « Les socialistes et les libertés », dans le deuxième « La gauche face à l’histoire », avec des articles de Marie-Pierre de la Gontrie, Aurélie Filippetti, Lionel Jospin, Jean-Jacques Urvoas, Vincent Duclert… Notre revue, recherche socialiste, est axée autour de dossiers thématiques. Les derniers thèmes traités sont les suivants : « 1958-2008 : les socialistes et la Ve République » ; « Socialistes français et travaillistes britanniques dans la construction européenne ». Le premier numéro de 2009 a été consacré aux transformations du militantisme socialiste.
Nos activités dans le domaine de la mémoire, ensuite. Depuis 1969, nous avons constitué une bibliothèque considérable de plus de 15 000 livres et brochures, et un centre d’archives qui regroupe plus de 100 fonds différents, sans oublier 700 collections de périodiques, du XIXe siècle à nos jours. Cet ensemble fait de l’OURS un lieu incontournable pour tous ceux qui travaillent sur l’histoire du mouvement socialiste. Nous recevons chaque année dans nos locaux plusieurs centaines d’étudiants, chercheurs, journalistes.
À côté de nos activités propres, nous participons aussi, dans le cadre d’une convention signée avec le Parti socialiste et la Fondation Jean-Jaurès, à la sauvegarde et à la gestion des archives du mouvement socialiste contemporain.

Le stand de l’OURS à La Rochelle, cette année encore, a été très visité par de nombreux camarades, jeunes et moins jeunes. Il semble y avoir, comme à l’accoutumée, un courant de sympathie très net….
Certes, et même un esprit «  OURS  », qui prouve que la démarche des fondateurs de l’Office était la bonne : créer un lieu de réflexion, de débat, sans autre ambition que celle de faire avancer notre cause, par un travail collectif sans entraves, sans esprit de chapelle(s) !


Propos recueillis par Bruno Tranchant

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 231549

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités et manifestations  Suivre la vie du site Interviews   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License