ps chevilly larue

Les « ruches » du Cambrésis

jeudi 7 mai 2009.


L’affaire remonte à 1988. Le département du Nord décide alors de mettre au point les premières ruches d’entreprises pour relancer l’emploi sur un territoire sinistré. Vingt-et-un an après, les sites d’Armentières, Denain, Douai, Lille-Helemmes, Maubeuge, Roubaix, Saint-Pol-sur-Mer et Villeneuve d’Ascq sont parvenus à relever le défi. En l’espace de deux décennies, 930 entreprises ont ainsi vu le jour, occasionnant la création de 2 270 emplois. Au 31 décembre 2008, 144 PME occupaient les lieux, pour un total de 762 salariés. Preuve que la méthode a du bon. Et qu’il est désormais possible d’accueillir, au sein d’une même enceinte, des entreprises traditionnelles ou innovantes, quels que soient les secteurs d’activité.
Dernière initiative en date : l’ouverture, à la mi-mars, de la ruche de Beauvois-en-Cambrésis, qui vient consolider le réseau du Nord, au profit des créateurs du cru. « Ce choix s’inscrit dans une démarche d’équité territoriale, résume Bernard Derosier, président du Conseil général du Nord. La ruche pourrait capter chaque année 7 à 8 projets et héberger ainsi, sur trois ans, entre 20 et 25 sociétés traditionnelles ou innovantes ».
Pour parvenir à ses fins, le département a investi 3,35 millions d’euros (hors foncier) pour un local occupant une surface utile de 1 750 m2 et composé de 19 bureaux, 4 ateliers, 4 locaux technologiques, d’une salle de réunion, d’un espace de convivialité et d’un bureau informatique. « Notre action doit valoriser ceux qui par leurs initiatives concourent au dynamisme du territoire », confie Bernard Derosier. Avant d’évoquer la mise en place d’un Conseil de développement chargé de favoriser l’insertion de cet équipement dans son environnement politique et économique.

Bruno Tranchant

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 234508

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License