ps chevilly larue

Un été pour tous, des vacances solidaires

mercredi 8 juillet 2009 par B.TRANCHANT

Aux quatre coins de l’Hexagone, les élus socialistes multiplient les initiatives pour permettre aux familles les plus démunies de profiter des joies de l’été. À l’heure où plus d’un Français sur deux ne part pas en vacances, petit tour d’horizon des pratiques locales vertueuses.


Séjours au choix pour les jeunes clichois !

Cette année encore, la municipalité de Clichy-sous-Bois met les petits plats dans les grands pour venir en aide aux plus défavorisés. Sous l’impulsion de Claude Dilain, elle a programmé pour cet été 17 voyages et 7 lieux de destinations à l’intention de 80 jeunes, âgés de 6 à 17 ans. Avec, en prime, 9 mini-séjours réservés à 250 têtes blondes de 4 à 14 ans.
Cette opération poursuit un double objectif : proposer des loisirs aux enfants dont les parents n’ont pas les moyens d’offrir des séjours, d’une part, ou des voyages de découverte et d’ouverture sur l’extérieur, à vocation pédagogique, d’autre part. Les 6-11 ans se voient ainsi offrir l’opportunité de découvrir l’Ile d’Oléron ou la Savoie. Les 12-17 ans peuvent profiter, quant à eux, de séjours linguistiques en Angleterre, en Italie ou en Espagne, leur permettant de s’ouvrir à d’autres cultures. Enfin, des mini-séjours de « Sports-Sensations » et à la ferme sont prévus pour toutes les catégories d’âges. La ville consacre cette année 84 000 € à l’organisation de ces séjours et prend en charge 50 % du coût individuel, les parents pouvant bénéficier de bons de vacances distribués par la CAF pour financer l’autre moitié de la somme.

Concilier ambition culturelle et action éducative dans l’Eure

C’est l’objectif que s’est fixé Jean-Louis Destans, Président du Conseil général de l’Eure, pour les séjours d’été dans le département. Ce qui transite, tout naturellement, par le soutien de l’exécutif aux opérations « Ville-Vie-Vacances » (30 000 €) engagées par les collectivités locales, en privilégiant les activités qui mêlent pratiques sportives et culturelles. Ceci passe aussi par un partenariat avec l’Association « La Source » , dont le Conseil général est le principal financeur, à hauteur de 180 000 € annuels. Cet effort permet aux 6-18 ans d’explorer et de développer leur potentiel créatif, en lien avec des artistes confirmés.
Les enfants suivis de près par les services sociaux départementaux peuvent ainsi accéder à des séjours culturels. Les activités et l’hébergement se concentrent autour de trois pôles. Le « pôle prévention » vise ainsi à lutter contre l’isolement culturel et social des jeunes en milieu rural. Il s’organise autour d’ateliers artistiques, le week-end, et pendant les vacances scolaires. Le « pôle éducation » est destiné à accueillir une vingtaine de classes artistiques et culturelles, une semaine durant. Enfin, le « pôle artistique » , proprement dit, rassemble, sous les auspices du Président de l’association, Gérard Garouste, plusieurs artistes de renommée nationale et internationale, invités à faire partager leur passion et leur savoir-faire aux plus petits.

Opération « vacances pour tous » en Seine-Maritime

Pas question de laisser qui que ce soit au bord du chemin. Pour la troisième année consécutive, Didier Marie et les membres du Conseil général de Seine-Maritime ont déclenché le dispositif « droit aux vacances pour tous » . Le tout, en partenariat avec les Secours populaires français, dont le concours a permis à 80 familles de voir le bout du tunnel. Cette même association se charge, pour l’occasion, de l’encadrement et de la préparation des festivités, en lien avec les principaux intéressés (dossier de financement, organisation pratique, encadrement…).
Concrètement, cette démarche repose sur une mission de conseils pour aider les familles monoparentales ou en couples à gérer leur budget, en prévision de leurs congés, de la prise en charge de détails pratiques adaptés au lieu de destination - réservation de la location, du transport, des sorties culturelles ou de loisirs, achat du matériel nécessaire…- à un bilan complet du séjour, en ciblant les problèmes rencontrés et les améliorations à apporter. La famille participe à hauteur de 25 € par adulte et 15 € par enfant.

Un « été en Nord » à Dunkerque

La municipalité de Dunkerque se met en quatre pour offrir un coin de ciel bleu aux moins de 18 ans. Cette année encore, Michel Delebarre et ses conseillers ont défini un panel de 200 offres de séjours, en partenariat avec la CAF. À l’initiative du Conseil général, la ville relaie sur le terrain l’opération « Un été en Nord » , en direction des collégiens qui n’ont pas l’occasion de partir. Histoire de faire découvrir la région aux 11-15 ans, en leur permettant de s’adonner à des pratiques sportives ou ludiques, dans le cadre de cours séjours (5 jours maximum) gratuits et sans conditions de ressources. Autre initiative originale : l’aide aux départs autonomes co-pilotée par le Conseil général, qui prévoit le versement d’une bourse aux futurs vacanciers.

Palette de services à Tourcoing

Cette année encore, la municipalité du Nord offre à ses administrés et à leurs progénitures toute une gamme de services pour profiter des joies de l’été. À commencer par l’aide au séjour qui permet aux familles défavorisées d’offrir de vraies vacances à leurs enfants. À charge, pour les parents, de les inscrire à un séjour organisé par une association locale - Centre Social (CS) de Boilly, CS de la Bourgogne, CS Marlière/Croix Rouge, CS Belencontre/Phalempins, MJC de la Fabrique, MJC du Virolois, STEL - agréée par la Direction départementale de la jeunesse et des sports.

« 1 000 semaines de vacances jeunes solidarité » en Haute-Saône

Les familles à revenus modestes, originaires de Haute-Saône, peuvent compter sur le soutien du département pour se mettre au vert, en famille, ou inscrire leurs enfants en colo. L’aide accordée aux plus démunis a en effet été reconduite après le succès rencontré, en 2008, par une procédure appelée à durer. Concrètement, l’aide hebdomadaire s’élève à 200 € par enfant, dans la limite du coût du séjour. Il s’agit d’un complément aux subventions allouées par la CAF et la Mutualité sociale agricole (MSA), sous conditions de ressources.

Vacances à la carte à Fontenay-aux-Roses

Cette année encore, la municipalité des Hauts-de-Seine propose une large palette d’offres de séjours à l’adresse des moins de 18 ans. Des formules « clés en mains » aux voyages autonomes pour les plus grands, qui participent au choix de leur lieu de destination et des activités avec l’aide des animateurs municipaux, rien n’a été négligé. Tous les séjours sont indexés sur le quotient familial et la ville prend en charge 10 à 80 % du prix du déplacement. Pour un déplacement de 4 jours, les tarifs varient ainsi de 8,55 € à 38,40 €, au gré des possibilités de chacun. Pour 5 jours, les montants s’échelonnent entre 10,70 € et 48 €.

Une offre tous azimuts à Grenoble

Dans la capitale de l’Isère, MJC et centres socio-culturels proposent des séjours pour les jeunes tout au long de l’été. Pas moins de 777 gamins âgés de 6 à 16 ans profitent de l’aubaine, tandis qu’une cinquantaine de places sont offertes aux 16-18 ans. De nombreuses sorties quotidiennes et activités sont également planifiées dans les quartiers.
D’autres démarches ont été programmées en direction des 16-20 ans. Trente postes supplémentaires (vacations) ont ainsi été ouverts dans les services de la Ville ou dans ses structures satellites. Parallèlement, l’opération « Jobs d’été » s’est fixée pour objectif d’offrir à 120 ados un job d’une semaine rémunéré sur la base du SMIC. Les travaux sont encadrés par des éducateurs du CODASE (Comité dauphinois d’action socio-éducative) et des techniciens.

Bruno Tranchant