ps chevilly larue

La grenouille et le scorpion

lundi 7 mars 2016 par M.RIZKI



Changements climatiques, perte de la biodiversité, atteintes à l’environnement et à la santé… Dans son chapitre 28, la déclaration de Rio incite les collectivités à élaborer des « Agenda 21 », en y associant étroitement les habitants, l’ensemble des acteurs locaux et les entreprises. La démarche, fondée sur un diagnostic concerté et partagé, vise à définir un projet stratégique, traduit par un plan d’actions périodiquement évalué et renforcé. L’éco-responsabilité apparaît ici très clairement comme un devoir auquel nul ne saurait déroger. Le réchauffement climatique et le défi écologique sont des sujets trop sérieux pour ne pas prêter à un usage politicien, quelques jours seulement avant une échéance électorale qui s’annonce particulièrement délicate pour le parti présidentiel et ces minorités groupusculaires emplies d’une nostalgie passéiste. À Chevilly-Larue, le passage du discours aux actes s’est heurté aux contradictions idéologiques d’un cartel d’élus issus des rangs de la majorité, tentés par une volonté de bâtir à tout crin, à des fins électoralistes, et de surfer sur la mode. Dernier témoignage en date, la construction programmée d’un Centre de loisirs, au mépris du principe de précaution, à proximité des lignes de haute tension, dont on mesure encore difficilement les effets pour la santé. Sans parler des conséquences psychologiques qu’une telle réalisation pourrait avoir sur les parents dont les enfants seront amenés à fréquenter les lieux.
Loin du tapage médiatique suscité par cet Agenda 21 qui arrive à point nommé pour satisfaire les ambitions personnelles d’une élue proche du maire, les socialistes restent naturellement attachés à la mise en œuvre d’un projet global et concret, qui érige le développement durable en priorité à l’échelle du territoire, en concertation avec la population. Et ce, en privilégiant une politique de l’habitat fondée sur la haute qualité environnementale, la valorisation du parc existant et la reconquête des espaces disponibles. Ce qui exige du temps, des échanges et une action concertée…
Une fable, pour terminer. Sur la rive d’une île en flamme, une grenouille et un scorpion se retrouvent côte à côte. Leur seule issue : nager jusqu’à l’autre rive, à quelques brassées de là. Seule la grenouille sait nager et le scorpion lui demande de le porter. Pas bête, la grenouille rétorque qu’elle craint qu’il ne la pique au risque de les tuer tous les deux. Le scorpion lui assure toutefois que pour peu qu’elle lui sauve la vie, il ne passera pas à l’acte. La grenouille embarque alors l’infortuné compagnon sur son dos et commence à nager. À mi-parcours, le scorpion la pique. Avant qu’ils ne se noient, la grenouille lui demande pourquoi il a commis cet acte insensé. Et l’autre de répondre : « je n’y peux rien, c’est dans ma nature ». Ça ne vous rappelle rien ?

du 7 mars 2010

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 202118

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités et manifestations  Suivre la vie du site Actualité politique  Suivre la vie du site REGIONALES 2010   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License