ps chevilly larue
LAVAL : Forum des territoires

La solidarité en partage

samedi 4 avril 2009 par B.TRANCHANT

Les participants du Forum des territoires ont élu domicile à Laval, le 3 avril dernier, pour débattre des effets de la crise. En présence des co-présidents, Marylise Lebranchu et Jean-Louis Bianco, les élus socialistes ont fait valoir leur expérience et marqué leur préférence pour une politique sociale et solidaire.


Après Paris, Laval. Érigée en ville étape du Forum des territoires, la préfecture de la Mayenne accueillait, le 3 avril dernier, un panel d’élus venus des quatre coins de l’Hexagone pour confronter leurs points de vue sur les réponses apportées par les exécutifs socialistes à la crise.
Longtemps sous l’emprise de la droite, la ville pilotée par Guillaume Garot est tombée dans l’escarcelle de la gauche en 2002. Suite logique d’un travail de sape mené de longue date par un réseau d’édiles et de militants départementaux, pourtant peu nombreux. «  Loin de se diviser, les socialistes ont manifesté là leur capacité à travailler de concert, se félicite le député-maire de Laval. Ce qui démontre bien que nous avons gagné le pari de l’unité ».

Front uni

Unité. Il en a beaucoup été question au cours de cette journée. Pour démontrer, d’abord, la volonté d’un parti à émettre des idées communes. Mille emplois sont appelés à disparaître en Ille-et-Vilaine au travers de la fermeture d’un régiment et de la disparition de l’équipementier automobile Valéo. Et c’est toute l’économie locale qui vacille. « Nous devons imaginer d’autres possibles », soupire Guillaume Garot. Il nous faut défendre une gauche « modeste, certes, mais ambitieuse », renchérit Jean-Louis Bianco. Et prête à défendre coûte que coûte l’économie et l’emploi, en souscrivant des avances remboursables à taux zéro ou en facilitant des fonds de capitaux à risque et de garantie.
Tous les leviers doivent être activés pour défendre chômeurs et employés, estime Pierre de Saintignon, Premier adjoint au maire de Lille et vice-président de la Région Nord-Pas-de-Calais. « C’est dans la crise que nous devons préparer le rebond, insiste-t-il. D’où notre volonté d’engager les salariés dans un parcours de formation et de préparer une alternative crédible au chômage partiel ». En écho, Patrick Massot, rapporteur général du budget au sein du Conseil régional de Bretagne, souligne l’importance des contrats de projet et de plan pour combattre la crise qui affecte le secteur automobile sur le bassin rennais. En quatre ans, les effectifs du groupe PSA sont passés ainsi de 10 000 à 6 000 unités. Ce qui a conduit les élus à créer un fonds départemental mutualisé géré par l’Agence économique départementale d’Ille-et-Vilaine. Histoire « d’insuffler de l’économie dans nos territoires », précise Patrick Massot.

Activisme

Préoccupations partagées par la région voisine et amie des Pays de la Loire qui a mis en œuvre un Contrat de territoire unique (CTU), fruit d’une volonté et d’une méthode de travail collective. La volonté, c’est celle des élus de laisser les collectivités décider librement de leurs projets. La méthode, c’est la primauté donnée à la concertation. « Le CTU illustre une certaine conception de l’aménagement du territoire, qui veut coller aux besoins de ceux qui y vivent, en prenant en compte toutes les dimensions du développement durable », résume Sylviane Bulteau, vice-présidente du Conseil régional. Montant de l’opération : 250 millions d’euros, sur une durée de trois ans, pour donner corps à une politique bâtie autour des services à la personne, de l’économie et de l’environnement.
Cap sur les Alpes-de-Haute-Provence où Jean-Louis Bianco et son équipe ont misé sur la baisse des droits de mutation pour doper l’investissement, sans pour autant rogner sur la dépense publique. Le Conseil général a d’ailleurs lancé un Pacte triennal pour l’emploi et s’efforce, dès lors que la situation le permet, à jouer le rôle de « facilitateur » par le biais d’un forum dont l’activisme n’est plus à démontrer. À ce jour, 600 postes ont été pourvus.
Difficile, pourtant, de collaborer avec les municipalités de l’autre bord… « Sur les grands dossiers, nous devons intégrer nos propres conditions et faire valoir le point de vue de la gauche », estime Guillaume Garot. « En Bretagne, l’Établissement public foncier n’a pas vu le jour en raison du veto imposé par Pierre Méhaignerie, tempère Marylise Lebranchu, député du Finistère. Raison de plus pour affirmer nos différences et échanger nos expériences ! »

Solidarité

L’exercice s’est révélé payant en Ille-et-Vilaine où les élus ont été invités à contrôler leurs dépenses au centime près et à reporter la construction d’équipements structurants pour combler un manque à gagner de 90 millions d’euros. Ce, pour venir en aide aux plus démunis et agir en faveur de l’insertion. « Une opération de revitalisation industrielle a même été lancée, en liaison avec le Conseil régional et Rennes Métropole », confie Jean Normand, vice-président du Conseil général.
D’autres initiatives ont été menées en direction des industriels, avec l’adoption, le 2 février dernier, d’une subvention de 75 000 € pour la société Polyecim composites de Trignac, dans le cadre du Fonds d’intervention territorial (FIT) mis en place par le Pays de la Loire. Exemple, parmi d’autres, d’une politique de soutien au tissu local. En bonne élève, l’agglomération de Laval a mis à profit une légère hausse de la taxe professionnelle (+ 5 %) pour booster les entreprises du cru.
La défense de l’économie sociale et solidaire est une caractéristique de la gauche, martèlent les intervenants. Le Parti a longtemps négligé cette alternative, dont l’efficacité n’est pourtant plus à démontrer. Elle représente d’ailleurs 10 à 12 % de la richesse produite. Et revêt une importance particulière à l’heure où l’ultralibéralisme sévit de toutes parts. « Il nous appartient d’affirmer notre présence en donnant du contenu à nos politiques, prévient Marylise Lebranchu. Chaque marche du forum doit nous conforter dans ce sens ».

Bruno Tranchant

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites :
Fatal error: Cannot redeclare html_4b302b7ebfe2d08474dd7b1792632426() (previously declared in /home/pschevil/www/ecrire/public/composer.php(48) : eval()'d code:12) in /home/pschevil/www/ecrire/public/composer.php(48) : eval()'d code on line 49