ps chevilly larue
argumentaire sur les retraites

Retraites : il faut que réforme rime avec progrès pour tous

jeudi 28 janvier 2010 par B.TRANCHANT


Les réformes de la droite ont mis en danger notre système de retraite

 :
- Le niveau des pensions a baissé de 20% depuis la réforme Balladur et devrait baisser de 25% à nouveau dans les années à venir.

- 1 million de retraités vivent sous le seuil de pauvreté et 50% ont une retraite inférieure à 1000 euros.

- L’âge de départ à la retraite moyen est de 61,6 ans en 2009 et sera de 62 ans en 2012. Dans le même temps, ceux qui ont cotisé suffisamment pour partir avant 60 ans ne le peuvent pas, sauf exception.

- Contrairement à ce que disait Nicolas Sarkozy en 2007, nos retraites ne sont pas financées jusqu’en 2020. Il y a même urgence : nous avons besoin de 25 milliards d’euros d’ici 2012, et 68 d’ici 2050.
 


À cause de cette situation, le système de retraite par répartition est mis en danger, car de plus en plus de Français doivent recourir à une retraite complémentaire privée pour avoir une pension décente.
 
Des solutions justes et efficaces existent. Ce sont celles que propose le Parti socialiste.



Nous fixons trois principes :

- la sauvegarde du système par répartition ;

- l’élévation du niveau des pensions pour que chacun ait accès à une retraite décente ;

- le maintien de l’âge légal de départ à la retraite à 60 ans.
 


Pour mettre en œuvre ces principes, il faut :

- des règles justes : la prise en compte de la pénibilité ainsi que la possibilité de partir avant 60 ans pour ceux qui ont leurs trimestres validés ;

- des mesures pour le maintien dans l’emploi des plus de 50 ans : le taux d’emploi des plus de 55 ans est de 35% ; une personne sur deux est au chômage ou en préretraite au moment de faire valoir ses droits.

- l’introduction de nouvelles ressources dans le système, avec notamment : l’élargissement de l’assiette des cotisations à la valeur ajoutée, le prélèvement de cotisations sur les stocks-options et autres rémunérations non assujetties (5 milliards d’euros de recettes possibles selon le rapport Seguin) et l’alimentation du fonds de réserve des retraites.
 


C’est armé de de ces principes que le PS s’engagera dans le débat, et rencontrera les organisations syndicales, qui doivent rester les interlocuteurs privilégiés du gouvernement.

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 231749

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités et manifestations  Suivre la vie du site Actualité politique   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License